AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PARIS-DAKAR 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarMimiPrix Goncourt Féminin
Nombre de messages : 4487
Age : 52
Localisation : Pas-de-Calais
Humeur : Se prépare pour les fêtes
Date d'inscription : 17/07/2008
MessageSujet: PARIS-DAKAR 2009   Ven 2 Jan - 12:10

Le Paris-Dakar s'invite
en Patagonie





Les pilotes du Dakar croiseront la route de la statue du Christ Rédempteur des Andes, situé à 3 832 mètres d'altitude, dans la cordillère, à la frontière entre l'Argentine et le Chili.

Les organisateurs ont choisi l'Amérique du Sud pour l'édition 2009, qui part samedi. Le parcours mènera les concurrents de l'Atlantique au Pacifique après une traversée des Andes.


Le Dakar partira samedi de Buenos Aires ! Ainsi en a décidé ASO, l'organisateur de ce rallye automobile qui, traditionnellement, se terminait dans la capitale sénégalaise. L'épreuve avait dû être annulée en 2008, après des menaces terroristes en Mauritanie. Si le Paris-Dakar a longtemps débuté sur les Champs-Élysées, «la plus belle avenue du monde», le Dakar 2009 partira de l'Avenida 9 de Julio, «la plus large avenue du monde» (125 mètres), à Buenos Aires.
Pour les Porteños (habitants de la capitale argentine), qui se considèrent comme les Parisiens de l'Amérique du Sud, l'occasion est trop belle de flatter leur ego. «Il était logique qu'après Paris, Buenos Aires ait été choisie», explique-t-on dans les rues de la capitale argentine, feignant d'ignorer que, depuis plusieurs années pourtant, le départ se faisait du Portugal.
C'en est fini du thé vert, aromatisé à la menthe, offert par les Bédouins du désert qui font mousser le breuvage dans un geste grandiloquent en levant bien haut la théière chauffée directement sur des braises. Désormais, sur le Dakar, les participants vont devoir s'habituer au maté : aspiré à l'aide d'une pipette en métal (la bombilla), l'infusion, à base d'herbes cueillies dans le nord de l'Argentine, se prépare le plus souvent dans une petite calebasse sertie de métal. En pleine Patagonie, chaque Argentin se promène avec son Thermos d'eau chaude et son matériel à maté, toujours prêt à en faire profiter les gens de passage. C'est même le rituel incontournable pour entrer en contact avec un Patagon.
Afin de donner un avant-goût de ce qui attend les concurrents du Dakar et leurs accompagnateurs, parcourons les principales villes étapes de la course :
• PUERTO MADRYN. La caravane arrivera dimanche à Puerto Madryn, au bord de l'océan Atlantique. Cette étape n'était pas prévue dans les programmes préparatoires du circuit. «Nous avons insisté auprès du comité organisa teur, confie Gabriel Percaz, chargé du tourisme pour la province du Chubut. Quand le représentant d'ASO est venu, nous l'avons emmené sur la plage. Il est devenu comme fou quand il a vu les baleines ! Je crois que c'est à ce moment-là qu'ils ont décidé de venir ici.» Le Chubut, riche de pétrole, possède un fantastique lieu d'observation de la faune : la Peninsula Valdés qui ferme le golfe abritant Puerto Madryn. De l'aéroport de Trelew à la ville, on roule 50 kilomètres sur une route à deux voix parfaitement rectiligne, sans jamais croiser d'autres voies goudronnées. Le regard semble porter à l'infini : à perte de vue, un décor sans relief, pas même végétal, puisque tout ce qui pousse ici ne dépasse pas un mètre, les vents austraux dissuadant toute végétation plus élevée. C'est la pampa dans son expression la plus pure. Pour une raison que le monde scientifique peine à expliquer, des centaines de baleines viennent mettre bas en face de Puerto Madryn, à quelques mètres de la plage. Des milliers de lions et d'éléphants de mer, de manchots, de morses, de phoques ont trouvé refuge sur la Peninsula Valdés. Il n'est pas rare de voir une orque happer sur le bord de la plage un bébé phoque. « Pour le bivouac, nous avons choisi cet espace dans les dunes au sud de la ville, au bord du golfe», précise Gabriel Percaz. Il y a fort à parier que beaucoup de concurrents ne résisteront pas à la tentation de plonger dans ces eaux si riches en faune et en flore, à quelques mètres de leur lieu de repos, dans la nuit du 4 au 5 janvier.
• MENDOZA. Étape du 8 janvier. Mendoza est l'une des seules villes argentines dont les rues sont arborées. Après le tremblement de terre qui a totalement détruit la ville en 1861, la municipalité a fait appel à un urbaniste français, Carlos Thays, qui a redessiné l'ensemble de la cité avec de larges rues pour permettre aux populations de s'éloigner des immeubles risquant de s'écrouler. Il a planté des platanes dans chaque artère pour limiter les mouvements de terrain. Mais c'est son terroir qui donne à la région de Mendoza sa plus grande richesse. Les investisseurs s'y bousculent pour planter du malbec, le cépage local qui produit un vin exceptionnel. De puissants consortiums internationaux ont acheté plusieurs centaines d'hectares. D'autres investisseurs sont plus modestes. Mais pas moins ambitieux. «J'ai découvert la région à l'occasion de la foire auvin où je représentais des fabricants d'équipements de viniviticulture, raconte Éric Plessy, créateur du domaine vuelo de condor. Je suis tombé amoureux du pays et je me suis rendu compte que je pouvais tenter l'aventure ici.» Il a fallu convaincre son père, propriétaire de 4,5 hectares dans le muscadet, de revendre la propriété familiale. Il est aujourd'hui l'un des défenseurs les plus enthousiastes du projet. «Nous avons racheté ces dix hectares sous les contreforts de la cordillère des Andes, très loin de la ville, dit Éric Plessy dans un fier sourire. Avec le terrain, on achète un temps d'irrigation car il ne pleut jamais. Je dispose de 22 heures par semaine. C'est parfait avec cette terre dure et rocailleuse. J'y ai planté du malbec qui se sent comme un coq en pâte dans ces conditions difficiles, avec le vent, l'altitude, le froid et la sécheresse. On peut sans risque se limiter à des traitements à la bouillie bordelaise, ce qui nous place aux normes de l'agriculture bio. Mon but est de produire un authentique malbec sans passage en barrique pour mettre en valeur le terroir.» Plantés en 2002, ses pieds de vigne lui permettent désormais de produire 35 000 litres de vin qu'il vend pour 40 % en Argentine, 50 % en France et 10 % à Singapour. « Je voulais vivre une aventure… Je crois que ce bout du monde m'a permis de le faire… »
• VALPARAISO. Jour de repos du 10 janvier. Valparaiso est une ville chilienne hallucinante et hallucinée. Sale et désordonnée, elle ne s'offre pas d'emblée au visiteur d'occasion. Cette ville se visite en ascenseur. Ils sont une dizaine à monter à l'assaut des collines sur lesquelles s'accrochent les maisons faites de bric et de broc, peintes de toutes les couleurs que peuvent offrir les peintures pour bateaux. Les premiers ascenseurs, toujours en fonction, ont été construits à la fin du XIXe siècle. Sur le mur de l'une de ces maisons sont inscrites les paroles d'une chanson de marins qui a constitué une extraordinaire promesse d'aventure pour beaucoup de Français : «Nous irons à Valparaiso.» Petit bémol à la venue du Dakar au Chili, les organisations écologistes ont émis des réserves sur le passage de la course dans le désert de l'Atacama. «Ce territoire est le plus sec du monde. Mais cette sécheresse ne signifie pas qu'il n'existe pas de faune ou de flore. Juste que ces organismes vivants sont plus fragiles qu'ailleurs. Pourquoi risquer de déstabiliser ce fragile équilibre en faisant venir le Dakar ?», déplore Juan Pablo Orrego, de l'association Ecosistemas.
• CORDOBA. Étape du 16 janvier. «Savez-vous quel est le sport qui compte le plus d'affiliés en Argentine ? L'automobile. Connaissez-vous la capitale mondiale du rallye ? Cordoba», revendique Sergio Spicogna, directeur du tourisme de la province. Chaque année depuis 1984, les meilleurs pilotes s'opposent dans les montagnes de Cordoba pour le rallye d'Argentine, étape majeure du championnat du monde WRC. Cette compétition s'est transformée au fil des années en phénomène populaire : plusieurs centaines de milliers de fans s'installent pendant deux ou trois jours en pleine nature pour suivre la course, plantent leurs tentes et surtout préparent leur parrilla (barbecue) pour l'incontournable asado, en attendant le passage du rallye. L'événement déchaîne des passions comparables à celles provoquées par le football. Il existe de véritables clubs de supporteurs qui se défient sur le parcours. Le must pour l'aficionado : se faire arroser par une voiture du rallye qui passe dans le lit d'une rivière. «Les concurrents risquent d'être surpris : plusieurs centaines de milliers de personnes seront dans la montagne sur le parcours que nous révélerons 36 heures avant. Ce sera une grande fête !», expose un organisateur. Pour appeler à la prudence sur les routes, particulièrement meurtrières en Argentine, les autorités argentines soulignent que Juan Manuel Fangio, véritable héros national, conduisait très doucement… en dehors des circuits.








Le site officiel http://www.dakar.com/index_DAKfr.html
Revenir en haut Aller en bas
avatarMimiPrix Goncourt Féminin
Nombre de messages : 4487
Age : 52
Localisation : Pas-de-Calais
Humeur : Se prépare pour les fêtes
Date d'inscription : 17/07/2008
MessageSujet: Re: PARIS-DAKAR 2009   Ven 2 Jan - 12:22

Suivre le "DAKAR" depuis son fauteuil ....



Après trois ans d'absence, Gérard Holtz revient pour suivre les concurrents de l'Argentine au Chili.
-Du lundi au vendredi, à 18h00, il vous présentera en direct sur France 2 un magazine 100% découverte : Sur la route des Andes. Au programme : des images des splendides paysages de l’Argentine et du Chili et des reportages sur les hommes et les cultures de ces deux pays.
-Du samedi 3 janvier au samedi 17, janvier, Gérard Holtz présentera également Le Journal du Dakar à 20h05 sur France 3. Ainsi, vous pourrez suivre le récit de l’étape du jour, les interviews des concurrents, amateurs comme professionnels et les classements. Un résumé de l’actualité du terrain mais aussi une sélection des grands paysages vus du ciel.
-Enfin, du lundi au samedi en deuxième partie de soirée sur France 4 et en rediffusion en troisième partie de soirée sur France 2, Gérard Holtz animera Bivouac. Pendant 26 minutes, vous plongerez dans la vie du bivouac, où tout le monde se rassemble à la fin de chaque étape. En direct, Gérard Holtz vous emmènera dans le campement à la rencontre des concurrents.
Revenir en haut Aller en bas
 

PARIS-DAKAR 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» paris dakar
» Le Paris Dakar historique à St Flour
» Le Dakar endeuillé
» [Fr3] Meca System se prépare au Paris Dakar
» Daniel Balavoine histoire !!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Loisirs et Passions :: Loisirs :: Sport jeux et jouets :: Les sports et danses-
Sauter vers: